Envol du Phénix, site accompagnant les transformations en cours.

ANAËL

16/09/2013


Je suis Anaël Archange.
Prenons un moment afin de communier…

Effusion

Ce que je dirai aujourd’hui vient tout naturellement à la suite de ce que Marie a partagé avec vous hier.
Comme vous l’avez déjà compris, par les différents messages que nous vous avons communiqués, mais également par les témoignages de vos frères et sœurs vivant la Grâce en Action, cela va très vite, beaucoup trop vite pour que vos outils traditionnels qui vous ont permis de fonctionner sur ce monde jusqu’à présent, puissent vous être d’une quelconque utilité. Vous ne pourrez pas anticiper les éventuels obstacles, car vous n’en aurez pas le temps.

S’inscrire dans l’Action de Grâce, c’est donc être transparents, se laisser parcourir, laisser défiler les actions, une par une, sans une quelconque attente. C’est éviter autant que possible de laisser votre mental cataloguer les événements, comme « ceci est fluide » ou au contraire « il y a un blocage », car tout, absolument tout est Grâce. La Grâce orchestre de manière minutieuse le rythme de ce qui doit advenir. Il n’y a jamais d’erreur, même si tout semble se refermer devant vous.

Ne cherchez pas à comprendre le pourquoi, le comment. Cela n’a aucune importance. Il y a mille et une raisons qui font que les obstacles se présentent ; il y a mille et une raisons qui font que des événements que vous qualifiez de merveilleux, de magiques, se présentent à vous. Acceptez-les avec la même légèreté, avec la même transparence. Ceci vous garantira de vivre la Grâce en Action. Mais à partir de ce moment-là, ce n’est plus vous qui décidez. Vous ne pouvez le vivre à moitié. La Grâce vous veut tout entier.

Plus vous disparaissez de la réalisation de vos propres actions, plus les actions seront portées par la Grâce. Cela vous a déjà été dit : vous n’avez pas besoin de vous occuper de votre corps, il le fait parfaitement lui-même.  De la même manière, vous n’avez pas besoin d’œuvrer sur ce monde : l’œuvre s’établit d’elle-même en utilisant si besoin votre corps, votre cœur, votre mental.

Si vous chaussez vos vélos, comme le disais le Commandeur des Anciens, alors vous décidez de voyager à plat sur ce monde. En laissant agir la Grâce, vous n’êtes plus limité aux directions que peuvent emprunter un vélo. Vous pouvez tout aussi bien décoller, voler, voyager sous terre, vous téléporter, disparaître, vous bi-localiser. En lâchant le vélo, vous perdez un outil qui vous permet d’aller plus vite qu’à pied, mais vous gagnez la possibilité de l’illimité.
Alors, frères et sœurs, à vous de voir, mais je dois vous avertir que si vous amenez vos vélos dans le flux de la Grâce, cela risque d’être relativement turbulent, voire douloureux pour vous, car la Grâce ne s’encombre pas de bonnes manières. Elle réalise ce qui doit l’être avec ou sans vous, je dirais d’ailleurs de préférence sans vous.

Si vous arrivez à vous effacer, la Grâce est alors une bénédiction permanente et vous retrouvez alors vos yeux d’enfants qui ne cessent de s’émerveiller de tout ce qui devient possible, de tout ce qui se réalise sous vos yeux. A aucun moment vous ne pouvez vous approprier ce qui est réalisé car, vous le voyez, la Grâce a réalisé toute l’œuvre, vous n’êtes que le témoin, que celui ou celle qui est venu accompagner la Grâce, l’apporter sur votre monde.

Voici l’essentiel de ce que j’avais à vous dire, car comprenez bien que jamais nous ne vous donnerons des informations précises, claires, de ce qui doit advenir, de ce qui pourrait être perçu comme un quelconque objectif. La Grâce est un mouvement. Ce n’est en aucun cas un but à atteindre.
Rentrez dans la Danse et vous verrez par vous-même.
Je vous remercie de m’avoir accueilli parmi vous, et je vous dis à très bientôt.

Transmis par Air
http://www.envol-du-phenix.org/